©Elias Touil

ISABELLE G. COLLECTIONNEUSE

ISABELLE G., enseignante, collectionneuse de valises vintage
« C’est de repérer des objets chargés d’histoire individuelle et de leur redonner une seconde vie. »

Isabelle arrive au Québec en 1997 à la veille de la crise du verglas. Nouvelle immigrante, l’adaptation se fait un peu difficilement. Alors, elle trouve dans une friperie sur la rue St-Viateur, à Montréal, sa première petite valise aux tons très doux de bleu et de vert qui lui apporte du réconfort. Depuis cette première acquisition, elle a rassemblé  une impressionnante collection de 42 valises de différentes formes, couleurs et textures.

Comparativement aux autres collectionneurs, Isabelle utilise quotidiennement sa collection comme accessoire de mode. Chaque jour, elle choisit judicieusement la valise qu’elle  apportera au travail. Son entourage reste rarement indifférent à la vue de ses valises. Ces dernières suscitent constamment la curiosité. Les gens se rappellent des souvenirs d’enfance ou de jeunesse, ils commentent ou questionnent les valises portées par Isabelle.

Que ce soit dans les bazars, les comptoirs d’églises, les ventes de garages ou les friperies,la collectionneuse choisit minutieusement sa prochaine acquisition. Elle prend soin de vérifier la condition physique  de la valise, comme le fonctionnement des fermetures éclair. L’esthétique, le motif, la couleur, mais également l’émotion que l’objet peut lui procurer guident son choix.

  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil

Elle acquiert ses valises au gré de ses coups de cœur. Parfois même, devant un magasin fermé, elle laisse une note au propriétaire afin de lui faire savoir qu’elle reviendra le lendemain pour récupérer l’objet qu’elle chérit. Ses valises étant toujours de petits formats, elle y renferme des objets plus personnels tels des livres, des journaux, des notes, etc.

Par hasard, en novembre 2010, Isabelle découvre le livre de Dany Laferrière, L’énigme du retour. Comme dans le héros du roman, souhaitant se réconcilier avec sa famille avant qu’il ne soit trop tard, la collectionneuse décide de retourner dans son pays d’origine. Ainsi, elle amène en voyage une de ses valises qui devient l’une des plus précieuses.

Enseignante au cégep et étudiante en arts visuels, elle collectionne également les messages de biscuits chinois et les vélos à siège banane.

La collection inusitée d’Isabelle reflète sa personnalité colorée. À travers sa collection de petites valises fleuries, la collectionneuse souhaite continuer à contaminer son entourage de sa joie de vivre.