!

AVERTISSEMENT : Veuillez noter qu’en respect des directives du gouvernement du Québec, le Musée Stewart est fermé temporairement. Découvrez nos contenus en ligne ici.

x

Témoignages

Préserver l’histoire et les lieux qui l’abritent

Après avoir traversé un bosquet de ronces, j’aperçois à travers les arbres les vieilles pierres et les tuiles de métal de l’ancienne réserve militaire britannique. Une fois l’arche d’entrée franchie, une grande cour gazonnée s’ouvre devant moi. Ce vaste espace contraste avec les salles du Musée, dont l’intérieur de pierre impressionne avec ses murs et ses plafonds voûtés massifs.

Ce bâtiment est vieux et vivant, et ce fut tout un défi d’en faire un musée dans les années 1960. En effet, pour préserver des artefacts, il est primordial de savoir contrôler l’humidité de l’air ainsi que la température qu’il faut maintenir à un niveau stable et bien précis. Or, ce vieux bâtiment est loin d’être stable. C’est donc toute une gymnastique, me raconte le chef d’équipe des services techniques du Musée Stewart, David Dupéré.

Récemment, par exemple, il a fallu plus d’un an pour refaire la toiture afin qu’elle soit identique à l’originale. Chacune des milliers de tuiles de métal qui recouvrent le Musée a été façonnée à la main par un artisan.

Il faut être toujours à l’écoute, constamment ajuster toutes sortes de variables.

Il y a toujours quelque chose à faire. Ce qui est complexe dans un bâtiment moderne est mille fois plus complexe ici. Installer le WiFi, avec tous ces murs de pierre, ce fut toute une aventure. Il a fallu percer des trous dans les murs et les plafonds de pierre qui font plusieurs pieds d’épaisseur pour faire passer les fils.

Le Musée est comme un voilier qui affronte une tempête et sur lequel on doit constamment ajuster tantôt la barre, tantôt une voile. Mais ici, la tempête c’est le temps qui passe.

Nous marchons à vive allure dans les dédales du Musée, dans la pénombre des salles d’exposition.

Avant j’étais gestionnaire. Un travail de bureau. J’aime la gestion, la planification, mais j’ai aussi un côté manuel. Ici je peux mettre de la poudre noire dans les arquebuses, gérer une équipe, coordonner les installations, etc. On est une petite équipe, au Stewart, alors ont fait tous un peu de tout. C’est stimulant.

Nous continuons d’arpenter le labyrinthe de salles et de couloirs de pierre pour finalement émerger à l’extérieur. Alors que David retourne travailler, Daniel Dupéré, chef des Opérations, vient à ma rencontre. Ensemble, nous nous remettons en marche vers un autre bâtiment. Décidément, les frères Dupéré sont toujours en mouvement.

Antérieurement, j’étais directeur général de la Société historique de Montréal. J’ai une formation en histoire et en archéologie. J’ai d’ailleurs œuvré quelques années comme archéologue sur des sites montréalais comme le Vieux-Port, Pointe-à-Callières, le Champ-de-Mars, la place Jacques-Cartier…

Daniel me parle des particularités du Musée Stewart, du plaisir de travailler à un si bel endroit entouré d’arbres, des défis passés et futurs du Musée. Nous arrivons à un autre bâtiment, tout aussi vieux et tout en longueur.

L’intérieur de la caserne au Musée Stewart.

 

Ici c’était la caserne des soldats. Apparemment, c’est un de cinq endroits les plus hantés au Canada. Mais c’est aussi un endroit où il y a beaucoup de tournages de films parce que c’est un lieu vraiment unique. Des scènes des X-Men, par exemple, ont été tournées ici. Ce que j’apprécie de mon boulot aux opérations c’est qu’il y a toujours des surprises et des défis. Et pour cela, je suis entouré d’une formidable équipe de techniciens et de magnifiques collègues.

Après cette visite aussi étourdissante que chaleureuse, je suis raccompagné au portail du Musée. Je sais maintenant que derrière la tranquillité apparente de l’endroit, se cache une véritable fourmilière de gens passionnés qui ont à cœur de le préserver et de le garder vivant.


Alexis Curodeau-Codère, stagiaire de la Factry
Alexis arpente le Musée à la rencontre de celles et ceux qui, chacun à leur manière, l’animent et le façonnent.

Restons en contact!

Vous souhaitez partagez avec-nous des suggestions ou des commentaires?

Écrivez-nous!

Soyez parmi les initiés!

Abonnez-vous à nos envois pour être informé en primeur de nos expositions et activités.

Abonnez-vous maintenant!