©Elias Touil

YVES, COLLECTIONNEUR

Yves, enseignant à la retraite, collectionneur de vinyles 
« C’est une partie de ma vie, ça occupe tous mes moments libres. Quand je vais être trop âgé pour sortir, je vais écouter de la musique. J’en ai pour 150 ans ! »

À l’âge de 14 ans, Yves a développé une passion pour la musique en découvrant le célèbre groupe Les Beatles. Au cours de  sa jeunesse, il pouvait dépenser presque tout son salaire d’étudiant dans l’achat de vinyles de ses groupes préférés. Des Beatles, aux Stones en passant par Jimi Hendrix, il a acquis les albums des plus grands artistes rock des années 60 et 70.

En 19­80, l’arrivée du CD entraîne la chute des ventes de vinyles. Le mélomane saute sur l’occasion : il en récolte alors des milliers, abandonnés dans les marchés aux puces à bas prix. Certains de sa collection ont été achetés lors de voyages à Chicago, New York, Londres ou Toronto. D’autres sont simplement des dons d’amis ou de connaissances.

Parmi les 13 500 disques d’Yves, on y retrouve  7 000 albums rock, 2 000 albums de musique francophone (Québec, France) 1 000 albums de musique classique et 3 500 albums de jazz. Depuis plusieurs années, le collectionneur développe un amour pour le jazz. Il a presque tous les albums des artistes de ce style : Miles Davis, Charles Mingus ou son préféré Jim Hall.

  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil
  • ©Elias Touil

Yves a un système de catégorisation très unique qui lui permet de retrouver un disque en moins de deux minutes. Ses vinyles sont classés par ordre alphabétique selon les genres, selon des catégories bien personnelles, c’est-à-dire celles qu’il apprécie tout particulièrement ou selon le nombre de copies d’albums qu’il possède.Sa collection est une vraie mine d’or. En détenant de grands noms tels que Depeche Mode, John Lennon, Bee Gees, Radiohead, U2, Jean Leloup, Gilles Vigneault, Charles Aznavour, Nina Simone, Ella Fitzgerald, Genesis et bien plus, il peut voir les ressemblances entre les différentes pochettes d’albums et leur évolution.

Parmi ses albums les plus rares, Yves détient  l’album du concert d’inauguration de la Grande Salle (maintenant la salle Wilfrid Pelletier) de la Place des Arts en 1963 signé par le maire Jean Drapeau et par l’un des chefs d’orchestre Zubin Mehta. Son plus ancien vinyle date de 1910. Il s’agit d’un album d’Enrico Caruso, chanteur d’opéra italien, gravé sur un seul côté.

Malgré cette passion pour le microsillon, Yves possède une collection de CD. En effet, entre 1988 et 2000, il n’y a presque plus de vinyles en production. Ainsi, de nombreux albums n’étaient trouvables qu’en CD.

Dans un futur pas si lointain, Yves chérit le rêve de monter sa propre exposition. Pour s’y préparer, il crée des mosaïques de neuf vinyles regroupés par artiste ou par couleur : Gilles Vigneault, Nina Simone ou selon des nuances de bleu, par exemple. Sa collection est une vaste bibliothèque remplie de bijoux  pour les mélomanes.